Chez Truff, nous avons une philosophie environnementaliste et, pour nous, la trufficulture, bien plus qu’une culture, est un symbole, un modèle à suivre en matière de développement durable. Elle conjugue les trois grands règnes de la nature : les plantes, les animaux, les champignons.

La truffe est un champignon dont les interactions avec son environnement font un exemple idéal pour expliquer les relations entre les organismes vivants.

Le champignon Tuber melanosporum, ou Tuber aestivum, ou Tuber magnatum, ou d’autres champignons du groupe des champignons souterrains (hypogés) sont incapables de vivre sans les plantes. En réalité, ils peuvent vivre uniquement en symbiose avec les racines d’arbres forestiers tels que les chênes verts, les chênes blancs, les noisetiers, etc.

Mais ces truffes ne peuvent pas non plus vivre sans que les animaux mycophages (mangeurs de champignons) ne dispersent leurs spores.

Pour combler le tout, les récentes recherches ont démontré que, pour garantir le bon développement des truffes, la présence de certains microorganismes déterminés est requise, parmi lesquels les bactéries.

Les interactions entre tous ces organismes se font à l’intérieur du sol. C’est pourquoi nous accordons tant d’importance au sol et nous nous sommes spécialisés dans la création et l’amélioration de sols truffiers.

Dans la trufficulture, nous faisons ainsi face à un défi de taille : pour cultiver les truffes, il faut tenir compte de tous les organismes cités, et en prendre soin. De plus, nous ne pouvons pas utiliser de fongicides, puisque ceux-ci tueraient la truffe, et nous ne devons pas non plus utiliser d’autres produits phytosanitaires. En réalité, nous avons affaire à une culture potentiellement bio.

De plus, la récolte de ces produits est en soi une attraction touristique. La récolte de truffes avec un chien ou par d’autres moyens peut également constituer une intéressante source de revenu.

Contrairement à d’autres cultures, si l’on parvient à la cultiver, la truffe est un produit alimentaire extrêmement rentable : le diamant de la cuisine, l’aliment le plus cher au monde. On se trouve dans un autre registre que la culture du concombre ou de la pomme de terre ; la différence est énorme.

La pratique de la trufficulture est par ailleurs bénéfique pour l’environnement. Pour cultiver des truffes, il est nécessaire de cultiver des végétaux sylvestres tels que les chênes verts ou blancs, ce qui participe du repeuplement forestier et aura des répercussions positives importantes dans un avenir proche.

Nous aimons les défis et nous y sommes préparés. Pour nous, il ne s’agit pas simplement de cultiver des truffes, mais d’en cultiver le plus grand nombre possible sur l’espace le plus réduit possible, le plus rapidement possible, tout en ayant un impact positif sur l’environnement. C’est la plus belle mission qui soit, et c’est la raison pour laquelle nous AIMONS LA trufficulture

0
Abrir chat
1
Hola ¿Cómo podemos ayudarte?
Powered by